• CHF 7.50

Beschreibung des Verlags

Je suis né en Provence, dans la verte ville d'Aix, l'année après la peste... Ainsi commence ce livre impertinent, polisson, souvent satirique, indigné parfois — écrit dans la langue alerte du temps qu'il évoque, le XVIIIe siècle. Léonce de Peyrette, nobliau issu de robe, conte ici, avec la même invention et le même don du pastiche que Françoise Chandernagor dans L'allée du Roi, les mémoires d'une vie limitée, pour l'espace, à la Provence et au Languedoc. Cette vie court de 1721 à 1775. Léonce y apparaît en galopin turbulent, en amant comblé et trompé par la délicieuse Amélie, en lieutenant de dragons plutôt morose. Il s'établit enfin à Marseille, qu'il prise pour son tumulte et ses jolies Grecques, Napolitaines et autres dames peu vertueuses. À Marseille, il devient tour à tour négociant opulent puis ruiné, pique-assiette et brelandier, prisonnier du roi, gueux, porteur d'eau, écrivain public et, enfin, archer de la ville. Et, toujours, il se demandera ce qu'il est venu faire sur cette terre. Le XVIIIe siècle, à Marseille ou ailleurs, a trop cherché le bonheur pour avoir le temps de l'éprouver, et trop chanté la vertu (ou le libertinage) pour en tirer une règle durable de vie. Il fut hésitation et hardiesse, sensibilité et cynisme, clarté et confusion, et reste charmant par son attachement même au présent. Mais ce livre pose une autre question, à résonance universelle : comment peut-on être marseillais ?

GENRE
Belletristik und Literatur
ERSCHIENEN
1985
1. Januar
SPRACHE
FR
Französisch
UMFANG
264
Seiten
VERLAG
Belfond (réédition numérique FeniXX)
GRÖSSE
1.2
 MB