• CHF 8.00

Beschreibung des Verlags

SCIPIO SIGHELE, PSYCHOLOGIE DES SECTES


« This is interesting and important book, here translated into French by L. Brandin, is by the author of "La Foule Criminelle," and is an even more important work. The author is more critical and detailed than Le Bon, whom he excoriates, and presents an interesting and comprehensive review of collective psychology, past and future; a classification of crowds; treats at length the differences between sects and parties; the power of leaders; their uniformity and tactics, and their dominate instinct of revolt. The morality of sects is then discussed; their want of equilibrium and permanence; their criminal propensities, and the work closes with an arraignment of parliamentarianism. » The American Journal of Psychology, Vol. 9, No. 3 (Apr., 1898), pp. 416-417


« L'auteur est bien connu par plusieurs ouvrages qu'il a publiés sur la sociologie. Dans ce livre, qui vient d'être traduit en français, il étudie la psychologie et la morale des sectes. L'ouvrage est riche en considérations savantes et ingénieuses et doit être lu par toute personne qui s'occupe de ces matières.

L'auteur est un émule de M. G. Le Bon, et il réclame énergiquement son droit de priorité pour plusieurs idées que ce dernier paraît lui avoir empruntées.

Selon M. Sighele on passe de la foule amorphe à la secte, à la caste, à la classe, à l'Etat. Une loi aussi générale nous paraît fort sujette à contestation et les faits historiques connus ne nous semblent pas rentrer tous dans ce cadre. Les sociologues modernes se hâtent souvent un peu trop de formuler des lois générales.

L'auteur étudie les altérations du moi dans la société et la secte. Il a parfaitement raison d'observer que la psychologie d'un agrégat est distincte de la psychologie individuelle ; mais cela ne renverse pas, ainsi qu'il le dit, le principe de Herbert Spencer, que les caractères de l'agrégat ne peuvent être déterminés que par les caractères des unités qui le composent. Spencer n'a jamais nié que le fait de la combinaison des unités ne fut une nouvelle circonstance, qui intervenait pour donner sa forme et son caractère à l'agrégat.

Un chapitre est consacré à l'examen des différences entre la morale privée et la morale sectaire. La différence entre la morale privée et la morale publique y est aussi étudiée. L'auteur dit : « ... un homme politique cherchera par tous les moyens possibles à s'emparer du gouvernement, et une fois ministre, il ne reculera, pour rester en place, devant aucune action : c'est pour la même raison qu'un homme affilié à une secte deviendra criminel. » — Et ailleurs : « Au fond, entre les meurtres imposés et approuvés par le patriotisme, et ceux dus à l'esprit de secte, il n'y a qu'une différence de degré. De nature, ils sont identiques. Si la morale patriotique fait un héros de Pietro Micca, ne vous paraît-il pas juste que la morale sectaire fasse, à son point de vue, un héros de Henry ou de Vaillant ? »

Il y aurait beaucoup à dire là-dessus. Si même certaines actions A sont de même nature que d'autres actions B, et qu'il n'y a entre ces deux genres d'actions qu'une différence de degré, il n'est pas pour cela démontré qu'il est « juste » de les considérer de la même manière. Il faut encore considérer leur effet pour augmenter ou diminuer le bien-être du plus grand nombre des hommes. Entre la quantité d'arsenic qui guérit un malade et celle qui l'empoisonne, il n'y a qu'une différence de degré, mais elle est essentielle. » Pareto Vilfredo, « Psychologie des sectes »,  Mythes et idéologies, Genève 12, Librairie Droz , «Travaux de Sciences Sociales», 1984, 348 pages

GENRE
Gesundheit, Körper und Geist
ERSCHIENEN
2015
19. September
SPRACHE
FR
Französisch
UMFANG
197
Seiten
VERLAG
DOYLE KIM
GRÖSSE
19.1
 MB

Mehr Bücher von Scipio Sighele