• 5,99 €

Description de l’éditeur

La vie au quotidien d’une famille de colons en Algérie, quatre-vingts années d’une « petite  histoire » étroitement mêlée à la « grande histoire » de leur Mère Patrie. Histoires d’amour et de haine, qui après quelques décennies d’harmonie et de sacrifices consentis au cours des deux Guerres Mondiales, voient les déceptions profondes succéder aux espoirs fous, les promesses aux trahisons, avant l’apocalypse finale d’un exil forcé vers une « Amère Patrie » qui désormais les rejette.


Tout commence avec un lopin de terre ingrate, inhospitalière, qu’il faut apprendre à dompter, à amadouer à force de travail et de sacrifice sous un soleil de plomb qui ravage souvent les maigres récoltes, en survivant aux maladies, aux épidémies qui, elles, ravagent les familles, déciment parfois des villages entiers, découragent enfin nombre de « candidats colons » qui finissent par abandonner leur rêve brisé et retournent « au pays ». 

Et puis, progressivement, la terre apprivoisée, les deux communautés apprennent à se connaître, à vivre ensemble, à la ferme, au village puis à la ville. Chacun s’efforce de comprendre puis respecter les modes de vie de l’autre, condition sine qua non d’une coexistence pacifique entre musulmans, juifs et chrétiens. Des liens de respect mutuel se nouent, chacun apprend et parle la langue de l’autre, l’école de la République commence à jouer son rôle. La Seconde Guerre Mondiale va les mobiliser ensemble pour voler une fois de plus au secours de la Patrie en danger. L’épopée de l’Armée d’Afrique les conduit de la Tunisie à l’Allemagne en passant par l’Italie et la France.  

De nouveau un bref répit de 10 années avant que la tragédie finale ne se joue. La Guerre d’Algérie tournera rapidement à une confrontation entre les intérêts respectifs de l’État français et du FLN. Le peuple pied-noir comme le peuple algérien, on peut le dire aujourd’hui, ne seront que les instruments et les victimes de ces jeux de pouvoir, ces combat entre politiques.

D’autres issues étaient possibles, si seulement les Algériens et les Pieds-Noirs avaient décidé de ne pas laisser leurs « représentants » officiels respectifs leur imposer celle qui les arrangeait. Jusqu’aux premiers jours de l’Indépendance un autre destin était encore à portée de main et c’est dans cet espoir que ma famille est restée sur place, jusqu’à ce que le FLN, désormais parti unique, par la voix du Président du parti et de la République Algérienne en décide autrement un soir d’octobre 63.  

Si l’on ne « refait pas l’histoire », au moins reste-t-il l’espoir que les enseignements du passé servent à la construction de l’avenir, lequel, au moins pour l’Algérie et, dans une certaine mesure, pour la France également, reste au cœur de préoccupations bien présentes en cette année 2019.

GENRE
Histoire
SORTIE
2019
22 mai
LANGUE
FR
Français
LONGUEUR
190
Pages
ÉDITEUR
Hervé Mercuri
TAILLE
1.4
Mo