• 0,99 €

Description de l’éditeur

Reflétant le thème de ce livre, nous présentons l'extrait suivant: La grande division de la terre est celle des deux continents, elle est plus ancienne que tous nos monuments ; cependant l' homme est encore plus ancien, car il s' est trouvé le même dans ces deux mondes : l' Asiatique, l' Européen, le nègre, produisent également avec l' Américain ; rien ne prouve mieux qu' ils sont issus d' une seule et même souche que la facilité qu' ils ont de se réunir à la tige commune ; le sang est différent, mais le germe est le même ; la peau, les cheveux, les traits, la taille, ont varié sans que la forme intérieure ait changé ; le type en est général et commun, et s' il arrivait jamais, par des révolutions qu' on ne doit pas prévoir, mais seulement entrevoir dans l' ordre général des possibilités que le temps peut tout amener, s' il arrivait, disje, que l' homme fût contraint d' abandonner les climats qu' il a autrefois envahis pour se réduire à son pays natal, il reprendrait avec le temps ses traits originaux, sa taille primitive et sa couleur naturelle : le rappel de l' homme à son climat amènerait cet effet, le mélange des races l' amènerait aussi et bien plus promptement ; le blanc avec la noire, ou le noir avec la blanche, produisent également un mulâtre dont la couleur est brune, c' estàdire, mêlée de blanc et de noir ; ce mulâtre avec un blanc produit un second mulâtre moins brun que le premier ; et si ce second mulâtre s' unit de même à un individu de race blanche, le troisième mulâtre n' aura plus qu' une nuance légère de brun qui disparaîtra tout à fait dans les générations suivantes ; il ne faut donc que cent cinquante ou deux cents ans pour laver la peau d' un nègre par cette voie du mélange avec le sang du blanc, mais il faudrait peutêtre un assez grand nombre de siècles pour produire ce même effet par la seule influence du climat. Depuis qu' on transporte des nègres en Amérique, c' estàdire depuis environ deux cent cinquante ans, on ne s' est pas aperçu que les familles noires qui se sont soutenues sans mélange aient perdu quelques nuances de leur teinte originelle ; il est vrai que ce climat de l' Amérique méridionale étant par luimême assez chaud pour brunir ses habitants, on ne doit pas s' étonner que les nègres y demeurent noirs. Pour faire l' expérience du changement de couleur dans l' espèce humaine, il faudrait transporter quelques individus de cette race noire du Sénégal en Danemark, où l' homme ayant communément la peau blanche, les cheveux blonds, les yeux bleus, la différence du sang et l' opposition de couleur est la plus grande. Il faudrait cloîtrer ces nègres avec leurs femelles et conserver scrupuleusement leur race sans leur permettre de la croiser ; ce moyen est le seul qu' on puisse employer pour savoir combien il faudrait de temps pour réintégrer à cet égard la nature de l' homme, et par la même raison combien il en a fallu pour la changer du blanc au noir.

GENRE
Romans et littérature
SORTIE
2017
9 novembre
LANGUE
FR
Français
LONGUEUR
57
Pages
ÉDITEUR
Libro Móvil
TAILLE
980.8
Ko

Plus de livres par Georges Louis Leclerc