• 6,49 €

Description de l’éditeur

L’un des principaux ouvrages — sinon le plus fondamental — de la linguistique moderne n’est certes plus inconnu, aujourd’hui. Mais dans une très large mesure, il demeure méconnu. Faute, surtout, d’avoir été replacé dans la perspective que son auteur lui avait donnée, le livre de Louis Hjelmslev perd souvent sa véritable portée. Celle-ci est triple. D’une part, le linguiste danois, a voulu donner au langage un statut d’immanence, loin de toute métaphysique à priori, loin de tout “humanisme” philologique. Tout aussi bien, pourtant, il a mis en lumière, à partir de l’immanence, de quelle transcendance tout langage est l’instrument privilégié. Enfin, il a défini pour la première fois le champ total de la sémiologie. Notre analyse vise à souligner cette réconciliation de l’humanisme et de la science — en éclairant les concepts, les grandes articulations de la démarche. En outre, la présente étude tient compte des prolongements que Hjelmslev a donnés à sa propre théorie, en répondant aux questions et objections de ses confrères. Enfin, nous avons tenté d’éclairer les présupposés philosophiques de l’œuvre, au gré desquels une problématique tout hégélienne nous contraint peut-être, davantage que Hjelmslev ne l’eût souhaité, à remettre en question certains principes de la glossématique danoise, et à travers elle, du structuralisme.

GENRE
Essais et sciences humaines
SORTIE
1975
1 janvier
LANGUE
FR
Français
LONGUEUR
104
Pages
ÉDITEUR
(Hatier) réédition numérique FeniXX
TAILLE
828
Ko

Plus de livres par René Lindekens