• 7,49 €

Description de l’éditeur

Nous avons tous constaté que bien des gens dont nous respectons l’intelligence s’en servent… bêtement. Camus ne disait-il pas qu’il y a deux sortes d’intelligences, l’intelligence intelligente et l’intelligence bête ? Cette dernière produit une pensée uniformisée dont nous voyons les traces partout. Mais il n’est pas si facile de décrire ce phénomène de conformisme dans sa version actuelle. 
Il ne s’agit donc pas dans cet essai d’incriminer une nouvelle fois la sottise dans sa large existence mais l’opinion des gens éclairés, ceux qui, ayant le temps et les moyens de s’informer et de se cultiver, sont pourtant victimes du préjugé et du lieu commun, qu’ils contribuent à distiller dans l’opinion contemporaine. Paresse, réduction, relativisme, recours à des idées intelligentes mais périmées… : il faut comprendre les mécanismes de cette butée de l’esprit qui fait qu’une pensée sophistiquée et en apparence libre s’applique parfois mécaniquement. 
En 36 brefs chapitres, La bêtise s’améliore aborde l’amour, la politique, l’économie, l’art, la morale, l’école, la langue, le désir, le bonheur… Cet essai, dont un modèle pourrait être Le Neveu de Rameau de Diderot, met en scène le dialogue de trois personnages : Gulliver, l’homme en colère qui est le moteur de cette réflexion, son ami le narrateur, indulgent et curieux, et Clara, la fiancée du narrateur, qui tire plutôt la réflexion vers la philosophie morale. 
Il n’y a pas de remède au conformisme, il s’agit juste de se montrer toujours vigilant et La bêtise s’améliore veut y contribuer en étant un appel à la responsabilité intellectuelle. D’abord éloge de la liberté d’esprit, il aimerait nous mettre en garde contre la pétrification de la pensée qui nous menace à tout moment.

GENRE
Essais et sciences humaines
SORTIE
2007
19 septembre
LANGUE
FR
Français
LONGUEUR
220
Pages
ÉDITEUR
Stock
TAILLE
394.9
Ko

Plus de livres par Belinda Cannone