La vie des écrivains classiques La vie des écrivains classiques

La vie des écrivains classiques

le roman, la lecture, la biographie et l’écriture : réflexion côté table de travail – et de l’écrivain dans le rôle de celui qui fait entrer les paquebots en bouteille

    • 0,99 €
    • 0,99 €

Description de l’éditeur

[...] L’écrivain classique est comme une plume dans la main géante d’un autre corps dont il ignore le visage et le nom, et dont jamais il n’entendra résonner le timbre de la voix. L’écrivain classique ne sait presque rien, mais pourtant il sait tout ce qu’il a à savoir, il ne se trompe pas, il est attiré par son but comme la limaille par l’aimant, il est tracté vers lui. Il n’y a pas d’autre pourquoi. L’écrivain n’a pas à se demander pourquoi le monde est là ; il constate que le monde est là, et que lui-même, également, est là pour l’observer. Il s’en félicite.

Partout, on entend dire que les écrivains furent d’abord des amoureux de la lecture. On raconte que pour devenir un écrivain classique on va d’abord aimer les écrivains classiques, qu’on va les lire pendant toute son enfance et sa jeunesse, et que pour les imiter un jour on va écrire. C’est faux. Les choses ne se passent pas comme ça. Celui qui sait lire vraiment les écrivains classiques est lui-même un écrivain classique. Les meilleurs spécialistes des grands peintres du XIXe siècle furent les grands peintres du XXe siècle, et ainsi de suite de siècle en siècle entre les siècles. L’Art transperce la Société et créé la Civilisation d’une manière mystérieuse qui n’a rien à voir avec la compréhension directe des œuvres par les personnes qui les rencontrent. Les lecteurs, les spectateurs, les auditeurs, sont infusés sans le comprendre et parfois sans le savoir. L’échange reste caché. Seuls les grands artistes en connaissent les ressorts. Si les critiques d’Art, les professeurs d’Université, les mécènes, sont si lents et si lourds, c’est parce qu’ils parlent des œuvres à l’aide d’un support qui n’est pas l’Art ; ils essayent de faire entrer des paquebots dans des bouteilles, c’est impossible.

M.P.

Pas un de nous, auteurs, pour ne pas être sans cesse saisi du à quoi bon, et pourquoi l’effort extrême, la durée démultipliée, pour l’humble circulation du livre, dans une profusion marchande qui en général s’en préoccupe bien peu.

Et pourtant, de quoi ou qui sommes-nous héritiers ? Y a-t-il une responsabilité à cette tâche ? Et le discours que nous-mêmes avons à tenir quant à notre travail, si nous souhaitons y tenir, n’est-il pas une nouvelle illusion ou une nouvelle fiction ?

Avec l’humour à froid d’un discours impeccablement tenu, Marc Pautrel nous promène dans des miroirs à la Henry James : rien n’est conclu ni asséné, et surtout pas de moralité. Mais c’est le lecteur qui se retrouve quasi nu dans la question multipliée...
Marc Pautrel vit à Bordeaux. Après un premier livre, Le métier de dormir aux éditions Confluences en 2005, il a publié L’homme pacifique, roman, chez Gallimard en 2009, ainsi qu’un très beau récit, Je suis une surprise, Atelier In8, 2009.
Marc Pautrel propose depuis deux ans, sur le web, un triptyque très court qui constitue son journal de travail : Carnets, en parallèle d’un blog de référence, Ce métier de dormir.

Il participe au comité d’orientation et publication de publie.net. La réflexion sur l’écriture est constamment au centre de ses thèmes narratifs.

GENRE
Romans et littérature
SORTIE
2009
6 avril
LANGUE
FR
Français
LONGUEUR
32
Pages
ÉDITIONS
Publie.net
TAILLE
236,1
Ko

Plus de livres par Marc Pautrel

Une jeunesse de Blaise Pascal Une jeunesse de Blaise Pascal
2016
Le Chemin (N°10) - Lumière continue Le Chemin (N°10) - Lumière continue
2020
La vie princière La vie princière
2019
Un merveilleux souvenir Un merveilleux souvenir
2023
Un voyage humain Un voyage humain
2011
Polaire Polaire
2013