• 7,99 €

Description de l’éditeur

Après L’amie prodigieuse et Le nouveau nom, Celle qui fuit et celle qui reste est la suite de la formidable saga dans laquelle Elena Ferrante raconte cinquante ans d’histoire italienne et d’amitié entre ses deux héroïnes, Elena et Lila.
Pour Elena, comme pour l’Italie, une période de grands bouleversements s’ouvre. Nous sommes à la fin des années soixante, les événements de 1968 s’annoncent, les mouvements féministes et protestataires s’organisent, et Elena, diplômée de l’École normale de Pise et entourée d’universitaires, est au premier rang. Même si les choix de Lila sont radicalement différents, les deux jeunes femmes sont toujours aussi proches, une relation faite d’amour et de haine, telles deux sœurs qui se ressembleraient trop. Et, une nouvelle fois, les circonstances vont les rapprocher, puis les éloigner, au cours de cette tumultueuse traversée des années soixante-dix.

Celle qui fuit et celle qui reste n’a rien à envier à ses deux prédécesseurs. À la dimension historique et intime s’ajoute même un volet politique, puisque les dix années que couvre le roman sont cruciales pour l’Italie, un pays en transformation, en marche vers la modernité.

GENRE
Romans et littérature
SORTIE
2018
25 janvier
LANGUE
FR
Français
LONGUEUR
544
Pages
ÉDITEUR
Editions Gallimard
TAILLE
3.3
Mo

Avis d’utilisateurs

Misseleux ,

Sa vie

Elle fait enfin ce qu’elle a envie de faire..

Gréou ,

Un livre pour suicidaire

Un livre sans grand intérêt si ce n’est de vouloir en finir rapidement.
Cette pauvre femme n’a rien à dire si ce n’est comparer, toute sa vie, son « égo » avec celui de sa pseudo amie-miroir-sorcière et faire résonner la vacuité abyssale de leurs existences stériles.
Fuyez ce texte d’un ennui total même si, femme meurtrie, vous pensez découvrir, ici, l’explication de vos « ratées » existentielles.
Non, la Vie n’est pas toute noire ; sauf à être vraiment malade, c’est faux ! Ne serait-ce qu’une minute dans une existence, et certain l’on parfois dit avec talent : la Vie est Belle ! Ce texte, sans magie, cultive pesamment la tristesse pour faire germer, difficilement, une omniprésente et artificielle déprime ponctuée d’un maigre espoir final.
Des centaines de pages pour presque rien ; du remplissage pour candidat(e)s au suicide assisté ! Totalement dans l’air du temps...

Plus de livres par Elena Ferrante

Autres livres de cette série