• 16,99 €

Description de l’éditeur

Peut-être un jour serais-je capable de faire le portrait du rien. De la même façon qu'un peintre avait été capable de dessiner Le Meurtre du Commandeur . Mais il me faudrait du temps avant d'y parvenir. Je devais faire du temps mon allié.

Quand sa femme lui a annoncé qu'elle voulait divorcer, le narrateur, un jeune peintre en panne d'inspiration, a voyagé seul à travers le Japon. Et puis, il s'est installé dans la montagne dans une maison isolée, ancienne propriété d'un artiste de génie, Tomohiko Amada.

Un jour, le narrateur reçoit une proposition alléchante : faire le portrait de Wataru Menshiki, un riche homme d'affaires. Tandis que celui-ci pose comme modèle, le narrateur a du mal à se concentrer. Quelque chose chez Menshiki résiste à la représentation.

Une nuit, il découvre un tableau dans le grenier, une œuvre d'une grande violence, le meurtre d'un vieillard, comme tirée du
Don Giovanni de Mozart. C'est
Le Meurtre du Commandeur. Cette peinture obsède le narrateur. Et des choses étranges se produisent, comme si un autre monde s'était entrouvert. À qui se confier ? À Menshiki ? Mais peut-il vraiment lui faire confiance ?

Premier livre d'une œuvre exceptionnelle, dans la lignée du monumental
1Q84, un roman somme, ambitieux, profond. Deux tomes pour une odyssée initiatique étrange, inquiétante, envoûtante, où le maître Murakami dévoile ses obsessions les plus intimes.

GENRE
Romans et littérature
SORTIE
2018
11 octobre
LANGUE
FR
Français
LONGUEUR
392
Pages
ÉDITEUR
Belfond
TAILLE
2.8
Mo

Avis d’utilisateurs

dsequipe ,

Du tres bon Murkami

Du tres bon Murkami. Facile a lire, souvent intelligent, parfois profond, rarement superficiel

Yøunes Machiavel ,

Du grand art comme toujours

Un grand roman d'amour ,de solitude, et d’art . Il est a la fois mystérieux , énigmatique, réel et surréel
Plus qu’un hommage à GATSBY LE MAGNIFIQUE.
LE PROLOGUE commence par un homme sans visage qui demande au protagoniste de le dessiner.
Préparez-vous à trempez vos orteils au delà de la frontière du réel.

Prologue
« AUJOURD’HUI, lorsque je me suis éveillé après une courte sieste, « l’homme sans visage » se tenait devant moi. Il était assis sur une chaise, en face du canapé sur lequel je m’étais assoupi, et, de ses yeux absents situés dans son non-visage, il me scrutait.
L’homme était grand, il avait la même tenue que lorsque je l’avais vu auparavant. Il était coiffé d’un chapeau noir à large bord qui cachait la moitié de son non-visage et portait aussi un long manteau très sombre.
 
« Je suis venu pour que tu fasses mon portrait », dit l’homme sans visage après s’être assuré que j’étais bien éveillé. Il avait une voix  grave, sèche, dépourvue de toute intonation. « Tu me l’as promis. Tu t’en souviens ? »

Extrait du premier tome
Une idée apparaît.

Plus de livres par Haruki Murakami