• 8,49 €

Description de l’éditeur

« Je vois dans la misandrie une porte de sortie. Une manière d’exister en dehors du passage clouté, une manière de dire non à chaque respiration. Détester les hommes, en tant que groupe social et souvent en tant qu’individus aussi, m’apporte beaucoup de joie – et pas seulement parce que je suis une vieille sorcière folle à chats.

Si on devenait toutes misandres, on pourrait former une grande et belle sarabande. On se rendrait compte (et ce serait peut-être un peu douloureux au début) qu’on n’a vraiment pas besoin des hommes. On pourrait, je crois, libérer un pouvoir insoupçonné : celui, en planant très loin au-dessus du regard des hommes et des exigences masculines, de nous révéler à nous-mêmes. »

GENRE
Essais et sciences humaines
SORTIE
2020
1 octobre
LANGUE
FR
Français
LONGUEUR
90
Pages
ÉDITEUR
Editions du Seuil
TAILLE
981.3
Ko

Avis d’utilisateurs

shammahanna ,

Merci

Un livre culturellement intéressant qui m’a apporté de la confiance , de l’amour et de la compréhension

Eon_T ,

Neantissime

"Moi, les hommes, je les déteste est un pamphlet jubilatoire qui se lit d'un trait » (critique de libération) en fait oui mais un trat grossier. C'est livre sans interet qui reboucle sur 75 pages sur une misandrie infantile. Pour avnacer sur ces thèmes mieux vaut lire Francoise d Eaubonne ou Alexandra David Neel nettement plus modernes et avec de la matière grise ...

Plus de livres par Pauline Harmange