• 6,49 €

Description de l’éditeur

Un suspense féminin : ce pourrait être le sous-titre d’Un Amour turc. Commencée avec l’attaque d’une équipe de médecins par une meute de chiens sauvages, dans le décor désolé de l’Anatolie Centrale, l’aventure s’achève en Turquie du Sud sur l’affrontement sans merci de deux hommes, dont l’un se bat pour tuer, l’autre pour sauver son amour. Entre-temps, la passion joue en liberté avec le mystère, la violence et la mort. C’est l’occasion pour Claire du Bourg, l’héroïne, de découvrir avec stupeur les contrastes de la Turquie d’hier et d’aujourd’hui, en assistant comme spectatrice aux péripéties tendres et cruelles de cet « amour turc » qui doit, en plein XXe siècle, affronter des tabous venus du fin fond des âges. Comme spectatrice seulement ? Et Claire parviendra-t-elle à se tenir à l’écart du jeu, dans l’espèce de corps à corps qui, au paroxysme de l’orgueil, la fait se mesurer avec l’indomptable Süüt, personnage d’un autre temps ? En filigrane, le problème éternel de la condition féminine et de ses contradictions. Un Amour turc est le deuxième roman d’Anne Magadieu, dans sa série des « Claire du Bourg ». On y retrouve tous les éléments qui avaient fait le succès éclatant du premier, De cendre et de lave, choisi successivement comme feuilleton de vacances par France-Soir et Le Dauphiné libéré : la même façon minutieusement exacte de décrire, selon les meilleures techniques du reportage moderne, le pays où se déroule l’action ; la même dimension romanesque ; le même art du récit qui vous tient en haleine jusqu’à la dernière ligne. C’est une idée toute simple, raconte Anne Magadieu, qui l’a poussée à écrire cette suite romanesque. « Les hommes, dit-elle, ont leurs romans d’aventures, qu’ils soient policiers, d’espionnage ou d’anticipation. Pourquoi les femmes n’auraient-elles pas les leurs ? » Eh bien, voilà : c’est fait.

GENRE
Romans et littérature
SORTIE
1975
1 janvier
LANGUE
FR
Français
LONGUEUR
228
Pages
ÉDITIONS
(Fayard) réédition numérique FeniXX
TAILLE
1
Mo

Plus de livres par Anne Magadieu