• 19,00 kr

Utgivarens beskrivning

La Perse a toujours exercé une grande fascination sur mon esprit. J’avais servi longtemps dans les Indes, sans avoir l’occasion de la visiter. Ce ne fut qu’en janvier 1893, après avoir passé mes vacances de Noël en Angleterre, que je pus mettre enfin mes projets à exécution et rejoindre, en passant par la Perse, le bâtiment qui m’attendait à Bouchir.


Ma route me conduisit en chemin de fer, par Vienne, à Odessa, où je m’embarquai pour Batoum; de Batoum à Bakou je suivis la ligne bien connue de Transcaucasie, puis je m’embarquai à Bakou, non pas pour Enzeli et Recht, ce qui est la voie ordinaire, mais pour Bandar-Gaz.


Le vapeur devait d’abord stopper à Ouzoun-Ada, à ce moment encore point de départ du chemin de fer Transcaspien. Après une rude traversée qui prit tout un jour, nous remontâmes lentement l’étroit chenal, dans lequel un bateau à l’ancre nous avertit d’être prudents, et, bien que notre tirant d’eau ne fût que de neuf mètres, nous fûmes continuellement requis de nous éloigner du bord, de peur d’échouer. La mer, peu profonde, était couverte d’une pellicule de glace. À tous égards, Ouzoun-Ada me parut être une très mauvaise base pour un chemin de fer. Aussi ai-je été heureux d’apprendre, un an plus tard, que Krasowodsk, beaucoup plus rapproché de la haute mer, et possédant un port en eau profonde, avait été finalement choisi pour remplacer Ouzoun-Ada.


Nous ressortîmes péniblement du chenal et nous mîmes le cap au sud, pour atteindre, après quinze heures, la ville russe frontière de Chikichliar. Le mouillage est presque hors de vue de la ville; je ne pus donc la visiter. Mais elle n’offre pas grand’chose à voir, et elle a une mauvaise réputation au point de vue du sol et du climat. Elle est reliée par Astrabad au réseau télégraphique de la Perse, mais le chemin de fer Transcaspien lui a enlève son ancienne importance comme poste militaire.


Continuant notre route vers le sud, nous vîmes bientôt le climat changer rapidement. Après déjeuner, nous étions au large de la station navale russe d’Achour Ada, ayant devant nous le pays d’Iran, couvert d’un épais brouillard.

GENRE
Historia
UTGIVEN
2009
29 juli
SPRÅK
FR
Franska
LÄNGD
11,088
Sidor
UTGIVARE
Library of Alexandria
STORLEK
5.9
MB