• 8,99 €

Description de l’éditeur

Achevé quelques jours avant la mort de Steve Tesich [1942-1996], Karoo est le chant du cygne d'un auteur hors norme.
Ce roman est l'odyssée d'un riche consultant en scénario dans la cinquantaine, Saul "Doc" Karoo, gros fumeur et alcoolique, écrivaillon sans talent séparé de sa femme et traînant plusieurs tares émotionnelles. En tant que script doctor pour Hollywood, Saul Karoo mutile et "sauve" le travail des autres. En tant qu'homme, il applique le même genre de contrôle sournois à sa vie privée et se délecte de nombreuses névroses très particulières : son incapacité à se saouler quelle que soit la quantité d'alcool absorbée, sa fuite désespérée devant toute forme d'intimité, ou encore son inaptitude à maintenir à flot sa propre subjectivité. Même s'il le voulait, il ne pourrait pas faire les choses correctement, et la plupart du temps, il ne le veut pas. Jusqu'à ce qu'une occasion unique se présente à lui : en visionnant un film, il fait une découverte qui l'incite à prendre des mesures extravagantes pour essayer, une fois pour toutes, de se racheter.
Si Karoo est bien l'ambitieux portrait d'un homme sans cœur et à l'esprit tordu, c'est aussi un pur joyau qui raconte une chute vertigineuse avec un humour corrosif. C'est cynique. C'est sans pitié. C'est terriblement remuant. C'est à la fois Roth et Easton Ellis, Richard Russo et Saul Bellow.

GENRE
Romans et littérature
SORTIE
2012
3 juillet
LANGUE
FR
Français
LONGUEUR
608
Pages
ÉDITEUR
Monsieur Toussaint Louverture
TAILLE
1.4
Mo

Avis d’utilisateurs

Protin ,

Une bonne claque

Wouha, très bon roman, "petit chef d'œuvre" comme pourrait le dire Saul Karoo, noir, drôle, prenant et qui reste en tête une fois la dernière page tournée. Dommage qu'on ne puisse suivre Saul encore quelques paragraphes.

Bien écrit, le style est simple et fluide (lisible quoi !), mais c'est surtout la narration qui est bien foutue. On dirait que l'auteur veut, en nous racontant une histoire, nous amener à un point bien précis pour mieux nous mettre une claque. Ça donne une véritable épaisseur à ce roman. Le début est comme "addictif", ça va vite, on a envie d'avancer. Puis après, on a envie que ça ralentisse pour ne pas aller trop vite à la fin. J'adore cette impression.

Pas d'arnaque marketing, le livre vaut ce qu'on paye. Je ne doute pas que ça puisse être un titre qui divise de part la nature même de son personnage principal (qui porte le roman à bras le corps et qui parle à la première personne sur les 3/4) et de sa noirceur, mais c'est un bon livre, d'autant que la couverture est sympathique.

On suit Saul Karoo et c'est un bonhomme à la fois terriblement proche de nous et complètement cinglé qui fait que tout ce qu'il fait prend une dimension savoureuse. J'ai adoré les dîner de divorce avec sa "pas encore ex-"femme, des moments d'anthologie.

Bref, du bon, du bon, que du bon.

Glopglopgege ,

Un régal !

Une petite merveille, de cynisme, de sensibilité, et de drôlerie !
Et puis j'oubliais, l'histoire est un sacré scénario, Bravo, on devrait pouvoir en faire un bon film...

S. kopoloff ,

Superbe

Cynique a souhait avec une ecriture tres simple et legere, et l intrigue se met tranquillement en place avant de nous envoyer dans le decor, poignant

Plus de livres par Steve Tesich